Recherche Menu

Aménager un jardin japonais

Pour visiter un jardin japonais, il faut une belle ouverture d'esprit afin de profiter de toute sa quiétude et d'admirer toute sa beauté. Les plantes, l'eau, la pierre et tous les éléments choisis pour créer ce magnifique jardin sont disposés afin de créer une harmonie entre eux. Cet espace reproduisant la nature en miniature permet aux visiteurs de se recueillir et de méditer le temps d'une visite dans cet endroit de paix et de recueillement.

Exemple de jardin japonais

C'est bien connu, au Japon, l'aménagement de jardins est un art très respecté. Issu de la tradition antique japonaise, le jardin japonais se retrouve partout au pays, autant dans les villes, les lieux historiques, tels que les châteaux, les tombeaux ou les temples que sur les terrains privés des citoyens.

Cherchant à idéaliser la nature en l'interprétant, le jardin japonais est créé à partir de gravier, de sable, de mousses, de rochers, d'eau et autres composantes. Ces éléments sont utilisés en toute simplicité dans la capture des paysages. Au Japon, cet art du jardinage est considéré comme ésotérique et religieux. À une époque, l'art du jardin japonais était transmis de façon orale. Il était possible de faire un jardin seulement si vous aviez reçu les enseignements.

De nos jours, l'apprentissage se fait de façon un peu plus technique. Les paysagistes sont de véritables guides pour la réalisation de ce projet. Le jardin japonais reste un art et une personne qualifiée peut faire toute la différence dans sa création. Certains paysagistes détiennent des connaissances sur le jardin japonais et peuvent vous aider à le réaliser.

Les principes du jardin japonais

Le jardin japonais vise l'idéalisation de la beauté et de l'harmonie pour créer un sentiment de sérénité et de quiétude. Il doit offrir les trois niveaux de profondeur du Shakkei, qui semble s'étendre à l'infini. Pour créer un jardin japonais et cette impression d'étendue infinie, il faut s'assurer de suivre trois grands principes de base, soit :

La reproduction de la nature en miniature

Exemple de reproduction de la nature en miniature

La miniaturisation des éléments tels que la mer, les rivières, les montagnes ou les lacs réduits permet de bien représenter différentes scènes. Ainsi, la complexité de la reproduction de la nature est moindre, due à l'espace restreint.

La miniaturisation représente bien la simplicité japonaise qui est d'ailleurs très importante au sein de cette culture. Cette perspective de miniaturisation orientale reposant sur le principe des trois profondeurs (avec un premier plan, un plan intermédiaire et un plan lointain) est contraire à la perspective occidentale qui, elle, repose sur un plan horizontal et un point de fuite.

Le symbolisme

Exemple de jardins arborant les symboles de la tortue et de la grue

Servant également au travail de simplification, le symbolisme est relié à la fonction religieuse. Parmi les symboles les plus fréquemment représentés, nous retrouvons des rochers représentant Bouddha et ses disciples ou une tortue et une grue représentées par deux pierres côte à côte, l'une basse et aplatie pour la tortue, l'autre élevée pour la grue, symboles de longévité et de bonheur.

La capture de paysages

Exemple de capture de paysages

La capture de paysages a pour but d'insérer des éléments extérieurs au jardin, comme des bâtiments, des collines, des arbres par exemple, dans la composition scénique de ce dernier. Bien que le jardin ait des limites réelles, ces éléments distants les dissimulent, donnant ainsi l'impression d'un jardin aux dimensions infinies à l'observateur.

Ce principe était utilisé au Japon bien avant que quiconque lui donne un nom. Les Chinois semblent avoir été les premiers à lui donner un nom : le Shakkei ou « paysages empruntés ». Les Japonais appelaient autrefois cette technique Ikedori ou « capture vivante ».

Afin d'éviter tout déséquilibre ou prédominance entre les objets et pour que l'ambiance du jardin soit dynamique et en harmonie, le jardin japonais est créé en utilisant le principe d'asymétrie. La technique consiste à éviter qu'un objet ne paraisse trop dominant par rapport à un autre. Les arbres et les pierres seront souvent disposés en triangle, tandis que les pièces d'un bâtiment pourront être encastrées en diagonale. Surnommée en « vol d'oie », cette technique permet d'éviter le déséquilibre de la composition du jardin.

Le Shakkei

À la poursuite de la sérénité et de l'harmonie, la pureté des courbes et des lignes est valorisée par l'orchestration des trois niveaux de profondeur du Shakkei, soit le plan large, le plan moyen et le gros plan. Lorsque l'observateur promène son regard sur le jardin japonais, il a alors l'impression qu'il s'étend à l'infini.

Cette technique de l'impression des dimensions infinies est utilisée par les paysagistes dans la création du jardin japonais. Le Shakkei est également appelé « emprunt du paysage » ou « paysages empruntés ». Peu importe le nom utilisé, la technique dissimule les limites réelles du jardin par les buissons ou les arbres utilisés. D'autres éléments distants sont plutôt « capturés » dans la composition même du jardin. Ces éléments distants peuvent être naturels, comme les montagnes ou construits, comme les pagodes ou les temples.

Quatre plans bien distincts sont nécessaires à la composition :

  • L'avant-plan : son rôle est plutôt minime dans le jardin.
  • Le second plan : afin d'entraîner le regard vers les paysages distants, les éléments y sont soigneusement positionnés.
  • Le troisième plan : créant le renforcement entre le paysage et le jardin, il crée les limites du jardin par ses murs, ses haies, ses buissons et ses arbres. Ces éléments dissimulent toutes les structures environnantes afin de permettre à l'observateur de voir les lointains paysages.
  • Le paysage emprunté dans sa totalité.

L'illusion d'infini est parfaite dans la création du jardin japonais. Lorsque la montagne est située au-delà du jardin et qu'elle semble lui appartenir totalement, l'observateur a véritablement l'impression de pouvoir y accéder par tous les chemins se perdant derrière les rochers.

Les composantes du jardin japonais

Certaines composantes sont très typiques du jardin japonais. Ce dernier nécessite des éléments naturels et des éléments construits, tous respectant le principe de miniaturisation :

  • Gravier ou sable où des motifs peuvent être dessinés
  • Chemins de pierres, de gravier ou de terre
  • Eau pouvant être représentée par des chutes, des rivières ou des mares
  • Pont ou île (pierres pouvant mener à l'île)
  • Rochers dûment choisis pour leur couleur, leur forme et leur texture
  • Temples, pagodes, lanternes, bassins, statues et autres éléments décoratifs
  • Pavillon, salon de thé, etc.
  • Palissades ou haies faisant office de murs ou de bordures

Les arbres, buissons et autres éléments naturels utilisés dans la création du jardin japonais peuvent être sélectionnés pour suivre les différentes saisons. C'est pourquoi on y retrouve parfois des érables, des magnolias et des cerisiers. Pour ajouter un peu de contraste dans les couleurs, les fougères, les bambous et les différentes mousses sont tout indiqués. Pour les étendues d'eau, les nénuphars et les lotus sont très appréciés.

Dans le jardin sec, l'eau y est totalement absente, mais elle est tout de même représentée par d'autres éléments tels que le gravier et le sable. Les rochers sont alors choisis pour leur forme et le jardin est généralement caractérisé par ses arbustes et ses mousses.

En résumé

La sensation de pénétrer dans un havre de paix est généralement l'effet ressenti lorsque l'on entre dans un jardin japonais. Tous les éléments de ce type de jardin sont pensés et disposés pour créer un équilibre parfait. L'impression d'infini permet de vous apporter une quiétude et une sérénité totale. Chaque pierre, chaque arbuste et chaque pièce du jardin sont minutieusement choisis et disposés afin de créer un lieu harmonieux et propice à la détente, la méditation et le recueillement.